Château Hermitage de Combas

Histoire

L’Hermitage : L’histoire de ce nom est celle de l’érection de l’actuel château sur les bases d’une ancienne forteresse du Moyen Age. Le fief de Combas, siège d’un prieuré au XIVe siècle, appartenait en l’an 1694 à Charles de Montagut, seigneur de Combas ; il est resté aux de Montagut (Charles Alphonse de Montagut, 1704 et Catherine de Levat sa veuve, en 1742), jusqu’au 11 juin 1749. Date à laquelle, il fût acheté par Jean-François Daydé. Vendu à Antoine Hyacinthe Roussel, il passa ensuite dans la famille de M. de Barrès Servian, le 24 juillet 1813. Il n’y resta pas longtemps puisque Etienne Balme et Etienne Laurès de Murviel en firent l'acquisition le 2 mars 1826.

Enfin, le 22 décembre ceux-ci vendirent au marquis de Thézan-Saint-Géniès. Le marquis de Thézan-Saint-Géniès et la marquise, née de Bourdeille de Matha, firent de grands projets d’aménagement, dans le domaine de Combas de 75 ha. Grâce à lui, nous avons la relation de la restauration entreprise: "On utilisa donc les murs déjà existants en reportant à l'extérieur les bâtiments d'exploitation de façon à dégager l'enceinte dont les solides assises servirent d'ossature à une construction nouvelle. Les tours furent relevées, un grand escalier édifié ainsi que la chapelle. Au premier étage, de grandes salles furent prévues à recevoir les tableaux, les meubles, les souvenirs de famille retirés des châteaux de Saint-Géniès et de Corneilhan".

Château Hermitage de Combas

Il a aussi évoqué le cadre créé pour le nouveau château : « La marquise de Saint-Géniès, douée d'un goût éclairé, traçait et faisait planter le jardin à la française qui s'étend devant la façade nord et dont les arbres, aujourd'hui centenaires, produisent un si bel effet ornemental. Un barrage fut établi pour arrêter les eaux du ruisseau de Saint-Michel et Combas, son lit fut élargi dans sa partie touchant le parc, formant une sorte de lac, les terres en provenant servirent au vallonnement de certaines perspectives. »

Il s'agit donc d'un exemple intéressant de restauration précoce d'un ancien château qui n'a pas satisfait complètement la « génération viticole » postérieure. En effet, le dernier marquis de Thézan-Saint-Géniès à jouté un clocheton et une tour en reconnaissant nostalgiquement : « Il fallait de l'espace, aussi l'extérieur fut-il trop souvent sacrifié aux aménagements intérieurs », En fait, ses aïeux savaient que l'intérêt majeur de leur demeure seraient les meubles, portraits et archives des Thézan-Saint-Géniès qui firent de L’Hermitage un lieu de mémoire quant à l'histoire de notre pays depuis le Moyen Age.

Château Hermitage de Combas

Les Saint-Géniès n'ayant, au XVIIIe siècle, qu'une fille, épouse d'un Baron de Maussac (des seigneurs de Corneilhan), Louis XV érigea en 1750, au profit de ce dernier, le marquisat de Saint-Géniès comprenant notamment les terres de ce nom et de Corneilhan. Cette seconde maison s'éteignit avec notre précieux informateur dont nous avons vu le mariage, en 1896, avec une Mandeville, dans la présentation générale, son père lui donnant alors ce domaine de 52ha évalué 200 000F. Il décéda en 1943 après avoir institué pour héritier son cousin, le duc de Lévis- Mirepoix, de l'Académie française. En 1963, ce dernier vendait L’Hermitage, aujourd’hui, le domaine appartient à la famille Alexandre Rech.

Château Hermitage de Combas


index © Charming Château 2011-2013 ^ top ^